Passer du temps dans la nature est bien considéré comme étant l’une des façons les plus saines de passer votre temps. Des scientifiques ont commencé à quantifier dans quelle mesure elle améliore un individu.

L’Université de Californie, Berkeley, a prouvé scientifiquement que passer du temps dans la nature favorise les sentiments de confiance, de générosité et d’altruisme.

Les chercheurs ont testé cette hypothèse de différentes manières.

Dans l’une d’entre elles, on a montré différentes scènes de la nature qui ont été notées de façon indépendante. Les participants ont été observés en train de jouer au jeu Dictateur et au jeu Trust.

Ces jeux mesurent la générosité et la confiance, respectivement. L’exposition aux « plus belles » scènes a conduit les gens à être plus généreux et confiants que ceux qui ont été exposés aux « moins belles » scènes.

Dans une autre méthode, les participants devaient remplir un questionnaire sur leurs émotions. Il y avait de « belles » plantes à la table où les participants étaient assis. Après avoir rempli le questionnaire, on leur a dit que l’expérience était terminée, mais ce n’était pas le cas.

On leur a proposé de faire des grues en origami pour une action de secours au Japon. Le nombre de grues faites ou non, était un indicateur de leur volonté d’aider. Les participants entourés par les « plus belles » plantes, ont fait plus de grues que ceux qui étaient assis avec les « moins belles » plantes.

Lake-treeCrédit image : Mark at Lake Lamond

Il semblerait que ce ne soit pas seulement la présence de la nature qui inspire la productivité et un comportement socialement plus sain, c’est combien cet élément est appréciable. Dans cette logique, si vous marchez dans un quartier et que vous remarquez les arbres et les oiseaux, c’est plus sain que le « moins beau » centre commercial et l’immeuble artificiel de bureaux. La science a prouvé ce que les sages savent depuis toujours, la nature est bonne pour vous !

Une simple marche en forêt de 60 minutes peut brûler jusqu’à 500 calories. C’est aussi moins exigent pour le corps et les articulations de passer du temps dans la nature que de pratiquer le jogging, par exemple. La marche en forêt réduit la pression artérielle et aide à prévenir les maladies du cœur.

Évidemment, les calories brûlées peuvent aussi contribuer à la perte de poids.

mountain walkCrédit image Peter Morgan, Auyuittuq National Park

Pour déduire ces conclusions, les scientifiques ont envoyé 56 participants en excursion de quatre ou six jours dans les forêts de l’Alaska, du Colorado, du Maine et de Washington. Durant cette période de temps, les cobayes n’avaient pas le droit d’utiliser de machines électroniques. À la fin de leur séjour en nature, leur niveau de créativité avait augmenté de 50%, de même que leurs aptitudes à résoudre des problèmes.

Évidemment, les études ont démontré que la combinaison entre la nature et l’éloignement de la technologie avait un impact direct sur l’homme.

D’ailleurs, selon l’environnementalisme John Muir, retourner dans les bois est en quelque sorte comme retourner de l’endroit d’où l’on vient.

Source en bleus dans l’article.

Source : https://www.espritsciencemetaphysiques.com