Des chercheurs considèrent une structure interstitielle du corps humain comme un « nouvel organe », dans un article publié mardi dans le journal en ligne Scientific Reports, des éditeurs de la revue scientifique Nature. Cet « organe » pourrait être rien de moins que le plus imposant de notre corps. Sa « découverte » pourrait en outre permettre de comprendre la propagation du cancer ou les mécanismes de l’acuponcture. Ce qui était précédemment envisagé comme des couches denses serait en fait plutôt un réseau de compartiments remplis de liquide. Un consensus devra d’abord se développer avant que l’appellation d’organe ne devienne officielle.

« Au départ, nous pensions simplement qu’il s’agissait d’un tissu intéressant, mais quand vous creusez la façon dont sont définis les organes, on peut dire que ça tourne autour de deux idées: que ce soit un tissu avec une structure unitaire, ou que ce soit un tissu avec une fonction unitaire », a indiqué le Dr Neil D. Theise, co-auteur de l’étude, cité par CNN. « Ceci répond aux deux », dit-il de l’ »interstitium », vu sous un jour nouveau au moyen d’un puissant microscope confocal à balayage laser sur base de tissus non-déshydratés. « Cette structure est la même où que vous l’observiez, ainsi que les fonctions que nous commençons à comprendre », a précisé le professeur de pathologie. « Je pense que c’est plus gros que la peau, à hauteur de 20% de la masse du corps humain selon mon estimation, soit l’équivalent de dix litres chez un jeune adulte », a-t-il chiffré. »Je considérerais cela comme un nouveau composant commun à une variété d’organes, plutôt que comme un nouvel organe en soi », a nuancé le Dr Michael Nathanson, professeur de médecine et de biologie cellulaire à l’université de Yale, qui n’a pas participé à l’étude. « Ce serait similaire à la découverte de vaisseaux sanguins, présents dans chaque organe mais n’étant pas des organes en eux-mêmes », a-t-il comparé. « A mon avis, cela a le potentiel de changer notre compréhension du corps humain parce que cette ‘région pré-lympathique’, comme les auteurs l’appellent, peut subir des changements dans certains états dont certains types de cancers », a-t-il cependant concédé.

Source: http://www.7sur7.be/7s7/f

Texte partagé par les Chroniques d’Arcturius– Au service de la Nouvelle Terre

Publicités